Processus électoral : Le G5 satisfait malgré tout

Processus électoral : Le G5 satisfait malgré tout

Le satisfecit prononcé par le groupe des 5 ambassadeurs (France, Allemagne, Etats-Unis, Union européenne et Système des Nations Unies) ne surprend personne. Depuis le début du processus, l’opposition et la société civile n’ont cessé de décrier un processus électoral vicié, conduit de façon cavalière par le régime de Faure Gnassingbé qui manipule la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à sa guise. Le silence de ces ambassadeurs a toujours étonné plus d’un.

A quelques jours du scrutin que participent 6 candidats de l’opposition malgré eux, les 5 ambassadeurs ont eu une séance de travail avec les responsables de la CENI au siège de l’institution. Il s’agit, selon Aliou Mamadou Dia, Représentant résident du PNUD au Togo, de s’enquérir de l’état d’avancement du processus électoral.

« Nous avons eu l’occasion par exemple d’apprendre de la CENI, que les résultats des bureaux de vote seront affichés devant les bureaux de vote et que tous les citoyens pourront les consulter. Nous avons eu l’occasion de voir également que les procès-verbaux des bureaux de vote, vont être disponibles en nombre suffisant dans les bureaux de vote afin que les représentants des candidats ne puissent avoir accès à ces procès-verbaux et à ces résultats. Nous avons, à travers ces entretiens, constaté simplement que la CENI est en train de faire énormément d’effort pour s’assurer que le scrutin ait lieu de façon telle que souhaité par les différents acteurs le 22 février, et nous ne pouvons que souhaiter que ce scrutin se déroule dans la paix et dans la transparence comme le prévoient les dispositions légales de la République du Togo », a-t-il indiqué.

Un scrutin « dans la paix et dans la transparence » ? La campagne électorale, elle, ne connait pas cette paix depuis son lancement le 6 février dernier. L’opposition ne fait que dénoncer des menaces et intimidations des représentants du pouvoir central qui, par endroits, interdisent des meetings de ses candidats.

Selon les informations, le G5 a fait part des inquiétudes de l’opposition à la CENI qui aurait apporté des réponses. De la révision des listes électorales au lieu d’un recensement électoral proposé par les partis d’opposition et les organisations de la société civile, en passant par la composition anticonstitutionnel de la Cour constitutionnelle…, rien ne rassure.

 

CATEGORIES
PARTAGER

COMMENTAIRES

fr_FR
fr_FR