Acte isolé ou début d’une destabilisation du Togo programmée ?

Acte isolé ou début d’une destabilisation du Togo programmée ?

Le ministre de la sécurité et de la protection civile, le général Yark Damehame et son collègue des droits de l’homme Christian Trimua ont animé en fin de matinée du samedi 23 novembre 2019 une conférence de presse à Lomé.

L’objet de cette conférence est d’informé l’opinion nationale et internationale des agissements de quelques groupes organisés qui ont depuis quelques temps annoncé sur les réseaux sociaux la révolution pour déstabiliser le pays.

Tôt vers 2 heures du matin, ce samedi, quelques individus armés de manchettes et de gourdins habillés en noir ont pris d’assaut le quartier d’Agoènyivé au niveau du pont et la ville de Sokodé.

Dans leurs manoeuvres, ces individus ont blessé un gendarme par manchette, un autre poignardé et le troisième brûlé à moitié à Lomé et deux autres blessés dans la ville de Sokodé.

Trois fusils AK 47 ont été emporté à Lomé mais ont été retrouvé par le biais d’un riverain dans la banlieue d’Agoènyivé et deux autres disparus à Sokodé. Plusieurs véhicules ont été saccagés y compris celui d’un officier de la police d’Agoènyivé et un camion de klinker brûlé dans la préfecture d’Agoènyivé.

« Nous avons besoin de la paix et la sécurité dans notre pays » a déclaré le Général Yark avant d’ajouter que « les auteurs de ces actes sont bien connus et le gouvernement a pris des mesures idoines pour retrouver ces malheureux qui vont répondre devant la justice. »

Le gouvernement rassure les populations que ces munitions seront retrouvés de même que les auteurs et co-auteurs de ces actes. Il appelle la jeunesse à plus de vigilance pour ne pas céder à la manipulation.

La rédaction

CATEGORIES
TAGS
PARTAGER

COMMENTAIRES

fr_FR
fr_FR